Une pilule une petite granule

Émission disponible en haute définition

Diffusion terminée

Diffusion :
Diffusion terminée
Durée :
60 minutes

Du 2 avril au 7 septembre 2015

Le carnet des animateurs

La tyrannie de la pensée positive

Émission du 30 septembre 2010

Plusieurs personnes aux prises avec un cancer se tournent vers les livres pour trouver réponses à leurs questions. On retrouve aujourd’hui en librairie toute une gamme de livres sur les effets de la pensée positive sur la guérison.

Très à la mode ces temps-ci, le courant de la pensée positive soutient que l’attitude et les émotions d’un individu peuvent avoir un impact déterminant sur sa guérison.

Josée Savard, professeure-chercheuse en psychologie à l’Université Laval, a tout récemment publié un livre qui va tout à fait à l’encontre de ce courant, Faire face au cancer avec la pensée réaliste, livre dans lequel elle dénonce ce qu’elle appelle «la tyrannie de la pensée positive» .

Pour cette psychologue qui travaille depuis plus de 15 ans avec des gens atteints de cancer, la mode de la pensée positive peut avoir des effets néfastes à deux niveaux :

– entraîner un sentiment de culpabilité chez les patients atteints de cancer en leur donnant l’impression que c’est par leur faute qu’ils sont malades.

– renforcer cette culpabilité en laissant croire à ces mêmes patients que s’ils ne réussissent pas à guérir, c’est aussi par leur faute.

Dans son livre, Josée Savard rapporte notamment que de nombreuses études scientifiques ont démontré que la pensée positive n’a pas d’impact sur la guérison, une réalité qu’elle constate aussi régulièrement dans sa pratique clinique.

À l’encontre de ce mouvement de la pensée positive, ou de la tendance inverse de sombrer dans le négativisme et la dépression, Josée Savard propose plutôt la «pensée réaliste». Fondée sur la thérapie cognitive comportementale, cette approche soutient qu’il est possible de reprendre le contrôle de ses émotions et de ses pensées, et d’être capable de fonctionner de manière réaliste afin de retrouver l’espoir de guérison.

Mais si la psychologie peut vous aider à vivre mieux avec la maladie, elle ne peut certainement pas vous aider à guérir.

Pour en savoir plus :

Faire face au cancer avec la pensée réaliste, 2010, publié aux éditions Flammarion.