Une pilule une petite granule

Émission disponible en haute définition

Diffusion terminée

Diffusion :
Diffusion terminée
Durée :
60 minutes

Du 2 avril au 7 septembre 2015

Les hauts et les bas de Percy Turcotte

Percy Turcotte et les régimes-miracles

Émission du 14 octobre 2010

Faites-vous partie de ceux qui attendent toujours le régime miracle qui vous fera maigrir ? Percy Turcotte connaît bien les souffrances d’une vie de régime, puisqu’il en fait depuis l’âge de 12 ans. Il nous partage ses réflexions sur le sujet.

Manger par amour

Percy Turcotte se souvient que son rapport trouble avec la nourriture remonte à très loin dans l’enfance : «Ma mère nous a donné le meilleur. Elle me faisait manger par amour. La nourriture était directement liée au bonheur, Plus c’était gras, et plus je devais comprendre qu’elle m’aimait. Mon Dieu que j’ai mangé ! Quel concept !»

Le parcours d’un «régimeux»

«Jusqu’à il n’y a pas si longtemps, poursuit Percy, toutes les diètes que j’ai faites, je devais haïr ma mère pour les réussir. Je me gonflais de haine, et j’arrivais à perdre, puis je retombais, et l’harmonie revenait, et les mauvaises habitudes aussi.»

Son premier régime : Weight Watchers à 12 ans

Percy Turcotte n’avait que 12 ans quand il a entrepris son premier régime. Alors en début d’adolescence, il dit qu’il voulait sortir de son «moule de trop d’amour par la nourriture.» Pour lui, c’était sa première révolte.

Pour perdre ses 50 livres en trop, il a joint les rangs de Weight Watchers. Mais dès la fin de son régime, il s’est fait cuire une livre complète de bacon pour s’en faire un sandwich. Cette petite rechute lui a fait prendre une demi-livre qu’il n’a pas réussi à perdre au cours de la semaine suivante : «Ça a été mon premier grand drame dans ma vie de régime!» se souvient-il.

Son second régime : des injections, à 14 ans

Après avoir repris ses 40 livres, Percy a poursuivi dans ses mauvaises habitudes alimentaires avant d’essayer, à l’âge de 14 ans, une autre approche pour perdre du poids : les injections.

«C’est mon médecin de famille qui m’avait procuré ces flacons-là, qui coûtaient tout de même 300 $ à ce moment-là. Je n’avais aucune idée de ce qu’il pouvait y avoir dans ce produit-là, et il m’avait montré, avec une orange, comment faire pour entrer l’aiguille et comment piquer. Je faisais ça religieusement, mais le soir venu, le party reprenait.»

Son troisième régime : 500 calories par jours, à 19 ans

À 19 ans, amoureux pour la première fois de sa vie, Percy s’est mis en tête de rapidement perdre ses 160 livres excédentaires. «Là, ça pressait. Oh que ça pressait! C’est le plus mauvais régime de ma vie que j’ai fait là.»

La recette de ce troisième régime était des plus drastiques : pas de déjeuner, pas de dîner, et un souper limité à 500 calories. «Quand j’avais des excès, je prenais immédiatement un laxatif. Je les ai tous essayés!»

Après avoir perdu près de 160 livres sur une période d’environ un an, Percy Turcotte a réussi à maintenir ce poids pendant 5 ans. «Mais quand j’ai laissé ça après 5 ans, je me suis payé la traite à fond! J’ai tout repris et probablement que je suis monté jusqu’à 320 livres.»

Son quatrième régime : Herbalife

Après cette troisième et radicale rechute, Percy a fait une quatrième tentative, avec le régime Herbalife. «À l’époque, ça coûtait 85 $ le kit de départ. Il fallait prendre des cachets. Supposément que ça nettoyait mon dedans. Il y avait un truc à l’aloès. Le miracle s’annonçait à moi : enfin, j’allais maigrir sans faire d’efforts!»

Encore une fois, l’opération s’est avérée un échec total.

Son cinquième régime : Nutrisystème

«Le principe était merveilleux, se souvient Percy avec ironie. Tu allais chez Nutrisystème, on te pesait, et tu devais acheter ta bouffe là. Alors tout ce que tu mangeais, c’était le pain Nutrisystème, les boulettes de viande Nutrisystème enveloppées sous vide. Alors, tu étais nourri avec leurs produits.»

Après quelques mois, n’en pouvant plus, Percy a abandonné ce régime, après avoir y gaspillé pas moins de 5000 $. Trois mois plus tard, il avait déjà repris 100 livres.

Des obèses fragiles à la manipulation

Avec le recul, Percy croit que les obèses cherchent souvent une solution miraculeuse pour perdre du poids : «On est prêts à se faire embarquer dans n’importe quoi». Mettant en garde les obèses contre les dangers de la manipulation, il les implore de ne pas se laisser avoir par les petites poudres offertes à la télé, ou les régimes sans efforts annoncés dans les journaux. «Ce n’est pas vrai : il n’y a aucun régime qui peut fonctionner, il n’y a aucune perte de poids qui peut se faire sans une bonne alimentation !»

Et même si la poudre en question ou la tablette nutritionnelle aide à court terme à la perte de poids, poursuit Percy, que se passera-t-il quand vous allez arrêter de la manger ?

Un bilan

«Si je fais le bilan de tous les régimes que j’ai suivis dans ma vie, j’ai dû perdre 600 ou 700 livres, investi environ 20 000 ou 25 000 dollars et perdu tellement trop d’années…»

Avec le recul, Percy croit que son éducation a joué pour beaucoup dans le développement de son obésité. Aimé, mais élevé avec une mentalité selon laquelle il devait être parfait à tous les niveaux, il croit que la nourriture est devenue son point de fuite.

Comment établir un autre point de fuite qui serait moins néfaste que les mauvaises habitudes alimentaires, et qui pourrait tout de même apaiser ses carences émotionnelles ?

C’est le nouvel objet de sa réflexion dans sa quête pour une perte de poids saine et définitive.

À suivre …