Une pilule une petite granule

Émission disponible en haute définition

Diffusion terminée

Diffusion :
Diffusion terminée
Durée :
60 minutes

Du 2 avril au 7 septembre 2015

La question du public

La pilule contraceptive est-elle sécuritaire ?

Émission du 4 novembre 2010

«La pilule contraceptive a 50 ans. Un demi-siècle plus tard, pouvons-nous dire qu’elle est sécuritaire ?»

Expert invité : Dre Francine Léger, chef du service de périnatalité, CHUM

Une pilule très sécuritaire

«La pilule est très sécuritaire, affirme la Dre Francine Léger, chef du Service de périnatalité du CHUM. On ne devrait pas s’inquiéter. Les dosages ont vraiment diminué – de 10 fois depuis 50 ans. Ça ressemble maintenant aux dosages que les femmes fabriquent elles-mêmes, alors c’est très sécuritaire.»

Une pilule qui fait peur

Depuis 1960, plus de 200 millions de femmes ont pris la pilule contraceptive. Pourtant, de nombreuses personnes s’en inquiètent toujours. Pourquoi? «La pilule fait peur aux hommes et aux femmes, confirme la Dre Léger, et c’est triste.» Pour elle, cette crainte est injustifiée et s’explique avant tout par une méconnaissance du réel mode de fonctionnement de la pilule : «Ça intervient sur le cycle menstruel, ça diminue les règles, ça change un peu. Alors les femmes en ont peur, mais ça bloque seulement l’ovulation, ça crée très peu d’hormones dans le corps, c’est régulier et ce n’est pas dangereux pour les femmes.»

Les effets secondaires

Malgré l’aspect très sécuritaire des contraceptifs oraux, la Dre Léger reconnaît que la pilule contraceptive peut parfois entraîner des effets secondaires : nausées, gonflements aux seins, douleurs aux jambes, saignements entre les menstruations. Heureusement, la plupart de ces effets secondaires ne sont généralement que temporaires et vont disparaître après un ou deux mois d’utilisation de la pilule. Et dans les cas où les problèmes perdurent, les médecins vont généralement modifier la sorte de pilule contraceptive pour en trouver une qui convienne davantage.

La pilule, bouc émissaire de bien des maux ?

La Dre Léger croit toutefois que la pilule a le dos large et que bien des femmes vont souvent lui attribuer divers problèmes tels que des changements d’humeur. Des études scientifiques ont d’ailleurs démontré qu’à peine 30 % des femmes vont éprouver des changements d’humeur réellement imputables à la pilule contraceptive, alors que l’effet opposé est aussi constaté chez 30 % des femmes qui vont voir leur syndrome prémenstruel allégé par l’utilisation des contraceptifs oraux.

D’autres craintes non fondées

Et si plusieurs s’inquiètent du risque de stérilité qui pourrait être entraîné par la pilule contraceptive, Francine Léger soutient qu’il n’en est rien puisque les pilules des années 2010 présentent de très faibles dosages : «Dès qu’on arrête de la prendre, le matin et peut-être, même le soir, le corps se remet en branle pour fabriquer ses propres hormones.»

Et que penser des liens allégués entre la pilule et le cancer du sein? Pour Francine Léger, les connaissances scientifiques actuelles ne permettent pas de faire cette affirmation, car la plupart des études sur le sujet ont établi qu’il n’y a pas de lien entre la pilule et le cancer du sein. «Il y a une montée du cancer du sein en ce moment, mais on pense beaucoup que c’est attribuable au mode de vie, à l’alimentation et au stress, et que ce n’est pas lié à la pilule.»

Des contre-indications

Malgré la très grande sécurité des contraceptifs oraux, la Dre Léger soutient qu’elle est contre-indiquée pour les femmes qui présentent les conditions suivantes :

– migraines compliquées avec engourdissements
– sang plus épais qui aggrave le risque de thrombose, ou cas semblable dans la famille

Et qu’en est-il des fumeuses qui prennent la pilule contraceptive? Selon la Dre Léger, les jeunes fumeuses dans la vingtaine peuvent prendre la pilule (même si le tabagisme n’est pas recommandé), ce qui est de loin moins grave que le risque de tomber enceinte. Par contre, les fumeuses de plus de 35 ans devraient cesser de prendre des contraceptifs oraux qui contiennent des œstrogènes puisque fumer et prendre la pilule contraceptive après 35 ans augmente de cinq fois le risque d’AVC.

Des effets positifs

Et contrairement à ce que pensent certains, il ne serait pas dangereux de prendre la pilule à long terme, soutient Francine Léger. Au contraire, les effets peuvent être positifs, car ça met le corps et les ovaires au repos. Il semble que la pilule diminue aussi le risque de développer les cancers suivants :

– cancer des ovaires
– cancer de l’utérus
– cancer de l’intestin

«La pilule, c’est l’invention du siècle pour les femmes, pour moi et pour de nombreuses femmes, conclut la Dre Léger. Les jeunes d’aujourd’hui ne réalisent pas leur chance de pouvoir mener une vie de femme différente de celle de nos grands-mères.»