Une pilule une petite granule

Émission disponible en haute définition

Diffusion terminée

Diffusion :
Diffusion terminée
Durée :
60 minutes

Du 2 avril au 7 septembre 2015

Le carnet des animateurs

Les banques de lait maternel

Émission du 20 janvier 2011

Héma-Québec étudie actuellement la possibilité de mettre sur pied une banque de lait maternel. Celle-ci permettrait d’approvisionner en lait maternel les femmes qui n’ont pas la possibilité d’allaiter, par exemple celles qui accouchent de bébés prématurés. Ces derniers n’ont pas toujours la possibilité de boire le lait de leur mère et pourtant, ils seraient certainement ceux qui bénéficieraient le plus des bienfaits du lait maternel.

Pour tous les bébés, le lait maternel aide à prévenir les infections dans les premiers mois de vie, tout en favorisant la croissance et le développement des enfants.

Des banques de lait maternel

Il existe déjà des banques de lait maternel en Europe et aux États-Unis. Actuellement, il en existe une seule au Canada, à Vancouver. Pourtant, il y a plusieurs années, au cours des années 30, cette pratique existait déjà. La dernière banque de lait maternel, celle de l’hôpital Royal-Victoria, a fermé ses portes dans les années 1970. La popularisation des laits maternisés a favorisé le déclin des banques de lait maternel.

Les risques potentiels

À l’époque, l’échange de lait maternel ne se faisait pas dans le même contexte qu’aujourd’hui et pouvait représenter certains risques pour la santé des bébés. En effet, même si les bienfaits associés au lait maternel sont nombreux, il est important de retenir que l’échange de lait maternel peut représenter des risques pour la santé. Le lait maternel peut transmettre certaines maladies virales, y compris le VIH. Il est aussi possible que le lait soit contaminé par une infection bactérienne.

Aujourd’hui, pour éviter le risque de transmission de maladies via le lait maternel, le lait de plusieurs donneuses est combiné et pasteurisé avant d’être congelé.

Toutes les femmes ne sont pas admises comme donneuses, bien au contraire. Les nouvelles mamans intéressées à partager leur lait doivent répondre à de nombreux critères, notamment être non-fumeuses et ne prendre aucun médicament de façon chronique. Elles doivent aussi s’abstenir de prendre certains médicaments pour toute la période de leur participation à la banque de lait maternel. Ces mamans doivent aussi fournir la preuve qu’elles ne sont pas porteuses de la syphilis, du VIH de l’hépatite B ou de certaines autres maladies.

Une banque à venir bientôt ?

Ce projet de banque de lait maternel est actuellement à l’étude chez Héma-Québec. On ne sait pas encore quand il pourra voir le jour, mais certains avancent qu’elle pourrait être mise sur pied dès 2011.