Une pilule une petite granule

Émission disponible en haute définition

Diffusion terminée

Diffusion :
Diffusion terminée
Durée :
60 minutes

Du 2 avril au 7 septembre 2015

Le portrait

Loïc Lapointe : jusqu'au bout de la transformation

Émission du 27 janvier 2011

Nous avons rencontré Loïc pour la première fois à l’automne 2009. En acceptant de nous parler de la condition des jeunes transgenres, il avait non seulement brisé un tabou, mais aussi évoqué une réalité qui cache souvent beaucoup de souffrance. Loïc nous a aidés à mieux comprendre comment on peut se sentir quand on a l’impression d’être né dans le mauvais corps. Depuis presque un an, il prend des hormones, son corps a commencé à changer et il est vraiment déterminé à aller jusqu’au bout de la transformation.

De fille à garçon

Octobre 2010 : la voix de Loïc Lapointe a définitivement mué et il ne se fait plus répondre « merci jeune fille » quand il sert un client à la station-service où il travaille. C’est pour lui une excellente nouvelle puisqu’il se sentait réellement insulté par ces paroles pourtant innocentes.

Le 31 mars 2010, Loïc a commencé à prendre des hormones. Depuis, sa mâchoire a légèrement changé, quelques poils ont commencé à pousser – davantage sur le ventre que dans le visage —, ses muscles se sont davantage développés, ses seins ont presque disparu et ses règles se sont arrêtées. Peu à peu, son corps de jeune fille s’efface pour faire place à un corps de jeune homme. Son objectif : perdre toute sa poitrine d’ici l’été, pour qu’il puisse se promener fièrement torse nu. D’ici là, il continue à se rendre toutes les deux semaines au CLSC pour recevoir ses injections d’hormones.

Une adaptation

Cette transformation physique a exigé de l’entourage de Loïc de grands efforts d’adaptation. Aujourd’hui, ses parents ont pris l’habitude de l’appeler « Loïc » et de ne plus utiliser son ancien nom féminin.

Même si sa transformation physique est bel et bien entamée, Loïc ne se dit pas encore satisfait, car il conserve encore ses organes sexuels féminins. Se sentant pris dans un « entre-deux », il se résigne à prendre son mal en patience, puisqu’il lui faudra encore 3 années avant de compléter sa transition vers un corps entièrement masculin. Car le choix de Loïc est bel et bien fait : il veut se faire opérer. Il s’agit d’une opération qu’on appelle « phalloplastie », une construction d’un pénis auquel on a ajouté des implants testiculaires. Pour accéder à cette opération, il devra rencontrer deux psychologues, mais cela ne l’inquiète pas du tout.

Si Loïc est bien décidé à aller de l’avant vers la chirurgie, cette étape soulève encore pour lui beaucoup de questions, et c’est pourquoi il va rencontrer Patrick Verret, un transgenre qui a traversé les mêmes étapes que lui il y a 13 ans. Patrick explique à Loïc qu’il s’agit réellement d’opérations difficiles qui demandent un important temps de récupération. Patrick lui montre aussi son bras marqué de cicatrices, où des sections de peau ont été prélevées pour construire le pénis. Malgré toutes les difficultés que cette opération peut entraîner, Patrick est catégorique : pas une seule seconde il n’a regretté son choix. « Je t’en parle, dit-il à Loïc en se remémorant cette étape de sa vie, j’en ai des frissons. Ça a été la plus belle chose de ma vie ! »

Encouragé par cette rencontre, Loïc se dit maintenant plus déterminé que jamais puisqu’il sait désormais à quoi s’attendre.

À suivre…

À voir ou à revoir

Livre

Patrick Verret, Changer de sexe pour vivre enfin, Le long combat de Manon devenue Patrick
http://www.patrickverret.com/accueil.htm