Une pilule une petite granule

Émission disponible en haute définition

Diffusion terminée

Diffusion :
Diffusion terminée
Durée :
60 minutes

Du 2 avril au 7 septembre 2015

La question du public

Choisir le bon analgésique

Émission du 10 février 2011

« Aspirin, Tylenol, Advil : il existe sur le marché des dizaines d’analgésiques vendus en plusieurs formats. Comment s’y retrouver? »

Expert invité : Jean-Louis Brazier, pharmacologue

Voici les explications et conseils du pharmacologue Jean-Louis Brazier pour aider les gens à faire un choix judicieux parmi les nombreux analgésiques disponibles en vente libre sur les tablettes de pharmacie.

Trois principes actifs

Les analgésiques sont fabriqués à partir de 3 principes actifs :

– l’acide acétylsalicylique (Aspirin)
– l’ibuprofène (Advil, Motrin)
– l’acétaminophène (Tylenol)

Ces principes actifs sont formulés et déclinés pour de très nombreuses indications :

– douleur (douleurs arthritiques ou musculaires, mal de dos)
– congestion (contre la congestion des sinus, le rhume, la grippe, etc.)
– allergies (effet antihistaminique)

Des actions différentes

– L’acétaminophène agit essentiellement sur la douleur et présente très peu de propriétés anti-inflammatoires.
– L’acide acétylsalicylique et l’ibuprofène agissent quant à eux sur l’inflammation et sur des enzymes impliquées dans le phénomène inflammatoire. Ils agissent donc davantage sur la cause de la douleur que sur la douleur elle-même.

Des effets secondaires bien réels

Même s’ils peuvent apparaître inoffensifs, ces analgésiques peuvent entraîner des effets secondaires comme tous les médicaments :
– acétaminophène : le Tylenol peut agir sur le foie et entraîner une hépatotoxicité, surtout s’il est consommé à des doses importantes et combiné avec de l’alcool.
– anti-inflammatoires : ces produits (Aspirin, Advil, Motrin) peuvent causer des douleurs au niveau du tube digestif, des douleurs au niveau de l’estomac et même des saignements.

Des interactions médicamenteuses

– Le Tylenol peut entraîner des saignements s’il est consommé avec un anticoagulant comme le Coumadin.
– Des anti-inflammatoires comme Advil peuvent entraîner des risques pour les personnes souffrant de problèmes cardio-vasculaires, ou qui consomment déjà des médicaments pour les maladies cardio-vasculaires.
– L’Advil peut aussi annuler l’effet anticaillot chez les personnes cardiaques qui prennent des petites doses d’Aspirin.

Des contre-indications

Certaines personnes doivent aussi s’abstenir de recourir à certains de ces produits :

– Les gens qui ont déjà eu des problèmes de foie, comme une hépatite, devraient éviter les acétaminophènes comme le Tylenol, puisque ces produits peuvent entraîner une hépatotoxicité.
– Les petits enfants qui souffrent de fièvre liée à une maladie virale comme la grippe ou la varicelle ne devraient pas prendre d’Aspirin.
– Les femmes enceintes devraient éviter les anti-inflammatoires dans les 3 derniers mois de la grossesse, car ces produits risquent d’engendrer des malformations fœtales.

Gare aux surdosages

Jean-Louis Brazier recommande aux gens d’être tout particulièrement vigilants avec les doses recommandées pour chaque produit. Certains produits sont vendus sous de nombreux dosages : 80 mg, 325 mg, 500 mg, 1 000 mg. Quand on pense que la dose maximum est de 4 000 mg par jour, le risque de dépassement est réel. C’est pourquoi Jean-Louis Brazier est d’avis que les produits de 1 000 ou 650 mg pourraient être vendus derrière le comptoir, afin d’éviter des surdosages par auto-médication, comme c’est le cas dans certains pays.

Des formules tout-en-un

Certaines compagnies offrent des produits de type «tout-en-un», regroupant plusieurs principes actifs (antidouleur, décongestionnant, antihistaminique, expectorant, etc.). Jean Louis Brazier croit qu’il est préférable de se méfier de ces produits qui présentent beaucoup plus d’inconvénients que d’avantages. «Est-ce que le patient a besoin de toutes ces indications? se questionne-t-il. Deuxièmement, ces dosages sont faits à des proportions qui sont les mêmes pour tout le monde. Ça peut être surdosé pour certains et sous-dosé pour d’autres. Je pense que la sagesse, c’est de prendre un principe actif par indication à traiter.»

En cas de doute, Jean-Louis Brazier recommande de s’adresser au pharmacien pour s’informer sur les dosages, les interactions et la durée du traitement. Il s’agit selon lui de la manière la plus sage d’utiliser ces médicaments.