Une pilule une petite granule

Émission disponible en haute définition

Diffusion terminée

Diffusion :
Diffusion terminée
Durée :
60 minutes

Du 2 avril au 7 septembre 2015

La question du public

Blessures d'ordinateur

Émission du 17 février 2011

« On sait très bien aujourd’hui que l’ordinateur peut engendrer des blessures physiques. Mais jusqu’à quel point ces blessures peuvent-elles être graves? »

Expert invité : Dr Louis Patry, spécialiste en médecine du travail

Des maux de plus en plus répandus

Spécialiste en médecine du travail, le Dr Louis Patry traite quotidiennement des patients aux prises avec des blessures liées à l’utilisation de l’ordinateur. Ces dernières représentent, selon lui, un problème de santé de plus en plus préoccupant puisqu’elles peuvent affecter plusieurs catégories de personnes.

Alors que ces problèmes étaient autrefois réservés aux travailleurs de bureau, le Dr Patry soutient qu’aujourd’hui, ils touchent des personnes issues de toutes les catégories de classes sociales.

Un problème sous-estimé

Le Dr Patry est d’avis que les problèmes musculo-squelettiques engendrés par l’utilisation de l’ordinateur sont largement sous-estimés. Au Québec, ils représenteraient près de 40 % des lésions indemnisées par la CSST, incluant les atteintes au niveau de la colonne vertébrale.

Au banc des accusés : la sédentarité. À ce sujet, le verdict du Dr Patry est sans équivoque : «Garder une personne assise pendant 8 heures va entraîner des problèmes musculo-squelettiques, surtout au niveau de la région lombaire.»

De nouvelles technologies en constante mutation

Ce qui complique les choses, c’est que les équipements informatiques et les ordinateurs sont en constante évolution : les écrans cathodiques ont peu à peu laissé la place aux écrans plats sur postes fixes et l’utilisation des ordinateurs portables gagne de plus en plus en popularité. «L’ordinateur portable est un outil fort malléable et fort intéressant, soutient le Dr Patry, qu’on peut utiliser dans différentes circonstances, mais il est difficilement ajustable et il demande que les gens adoptent des postures particulières dans son utilisation.»

Les téléphones intelligents et les petits ordinateurs de poche entraîneraient eux aussi des risques, notamment car ils sollicitent le pouce – un doigt qui n’est pas fait pour réaliser des mouvements répétitifs. C’est pourquoi l’envoi de textos à répétition pourrait être la source de problèmes tendineux au niveau de l’articulation du pouce.

Les différentes pathologies

L’utilisation de l’ordinateur peut générer des pathologies de deux ordres :

– les problèmes associés à la posture de travail, notamment des troubles au niveau de la région cervicale, de la nuque et des régions lombaires.
– les autres problèmes qui touchent davantage les membres supérieurs : atteintes au niveau des tendons de l’épaule, des coudes ou du poignet. Le trouble le plus courant est le syndrome du canal carpien.

Que faire?

Lorsqu’un patient vient le consulter pour des problèmes liés à l’utilisation de l’ordinateur, le Dr Patry considère qu’il est particulièrement important d’évaluer le milieu de travail et les différentes possibilités de le modifier ou d’en alléger les tâches.

Il n’est toutefois pas rare que les patients tardent à consulter, par crainte que leur problème de santé entraîne d’importantes conséquences sur leur travail, notamment s’ils doivent entreprendre un processus d’indemnisation, ou même de peur de perdre complètement leur emploi. Pour le Dr Patry, il s’agit de craintes normales et légitimes.

Des solutions

S’il n’est pas possible, ni souhaitable, de revenir en arrière et de bannir l’ordinateur de nos vies, le Dr Patry plaide toutefois pour une conscientisation des concepteurs d’ordinateurs et d’équipements technologiques, afin que ceux-ci se préoccupent davantage de la santé des utilisateurs. Ce serait, selon lui, la meilleure façon de prévenir la propagation de type de problèmes.

Pour en savoir plus

La bonne position à adopter lorsque l'on travaille à l'ordinateur :

http://ehs.concordia.ca/pdf/ih/Office_Ergonomics.fr.pdf