Une pilule une petite granule

Émission disponible en haute définition

Diffusion terminée

Diffusion :
Diffusion terminée
Durée :
60 minutes

Du 2 avril au 7 septembre 2015

La question du public

L'impact du stress sur la santé

Émission du 17 mars 2011

«Le stress est responsable de bien des maux. Mais concrètement, quelles maladies peut-il provoquer?»

Expert invité : Sonia Lupien, Directrice, Centre d'études sur le stress humain, Hôpital Louis-H. Lafontaine

Le stress, ce mal nécessaire

S’il est vrai que le stress peut causer diverses maladies, Sonia Lupien soutient toutefois qu’il est erroné de le voir comme un problème purement négatif. «Si vous n’étiez pas stressé, vous seriez mort, soutient-elle. Tout stress qui est aigu est nécessaire à la vie.»

Pour Sonia Lupien, il est donc important de voir le stress en termes de survie : «C’est ce qui va nous aider à survivre, parce que le cerveau détecte une menace et se met à produire des hormones qui vont nous permettre de faire les deux seules choses qu’on peut faire devant la menace : on combat ou on fuit.»

Les effets du stress chronique

Si le stress devient néfaste, c’est parce qu’il s’installe de façon chronique, explique Sonia Lupien : «Lorsque vous demandez à votre corps jour après jour de produire une réponse de stress, c’est à ce moment-là que le poids du stress va commencer à se faire sentir sur le corps et sur le cerveau.»

Les effets du stress se manifestent de différentes façons. Quand le cœur bat rapidement de manière fréquente, le système cardiovasculaire est sollicité plus qu’il ne devrait l’être. Pour les personnes plus vulnérables aux maladies cardiovasculaires en raison de facteurs héréditaires, le stress vient ainsi accroître ce risque encore plus.

«On peut aussi voir une augmentation du cholestérol, poursuit Sonia Lupien. La raison est simple : ça prend du cholestérol pour produire des hormones de stress. Le cerveau dit : “Tu en as besoin, je t’en donne” et donc, le cholestérol va augmenter.»

Autre phénomène lié au stress : l’insuline peut elle aussi augmenter, ce qui peut causer de la résistance à l’insuline et éventuellement contribuer à la progression de diabète de type 2.

Les symptômes du stress chronique

Il faut différencier les maladies liées au stress chronique des symptômes liés au stress chronique. Ces derniers sont nombreux, mais en voici quelques-uns :
– troubles de la digestion
– troubles de la concentration
– augmentation de la consommation, d’alcool ou de cigarettes, ou autres

Les 3 stades du stress

Pour bien visualiser les étapes de la progression du stress, Sonia Lupien la divise en 3 stades :

– le stade «pepto-bismol» : le stress est déjà installé depuis un certain temps et le corps commence à mobiliser de l’énergie pour combattre la menace, ce qui cause des problèmes digestifs.
– le stade «rhum and coke» : si rien n’est fait, le cerveau demande une récompense pour le stress soutenu qu’il affronte au quotidien, comme augmenter la consommation d’alcool, par exemple.

– le stade du verre d’eau : «si vous ne faites rien et que vous vous rendez à ce stade-là, vous allez avoir besoin d’un verre d’eau pour prendre la pilule qui vient avec parce que vous allez vous retrouver avec des maladies chroniques associées au stress. Le but est donc de ne pas se rendre jusque-là!»

Les effets du stress sur le système immunitaire

C’est connu : les gens tombent souvent malades en vacances. Pour Sonia Lupien, il s’agit d’une excellente illustration des effets du stress sur le système immunitaire.

Écrasé par le poids du stress, le système immunitaire s’accroupit constamment. Délivré du poids du stress par les vacances, le système immunitaire ne réussit pas toujours à se relever, il perd l’équilibre et laisse entrer les maladies. «C’est un peu caricaturé bien sûr, reconnaît Sonia Lupien, mais c’est ce qui explique que vous tombez malade, la majeure partie du temps quand vous arrêtez d’être stressé.»

Comment contrôler son stress :

Pour contrer les effets du stress, Sonia Lupien considère qu’il est avant tout primordial de bien identifier l’agent stresseur en se posant les questions suivantes :

– qu’est-ce qui me stresse?
– est-ce nouveau?
– est-ce imprévisible?
– ai-je l’impression d’avoir le contrôle?
– est-ce menaçant pour mon ego?

«En faisant ça, conclut-elle, vous allez apprendre à ventiler les stresseurs au fur et à mesure qu’ils se présentent à vous, empêchant ces stresseurs-là de s’accumuler et de mener à des désordres physiques et mentaux.»