Une pilule une petite granule

Émission disponible en haute définition

Diffusion terminée

Diffusion :
Diffusion terminée
Durée :
60 minutes

Du 2 avril au 7 septembre 2015

La question du public

Vélo : le casque protège-t-il vraiment ?

Émission du 29 septembre 2011

«Le casque de vélo protège-t-il vraiment?»

Expert invité : Dr Marc Giroux, Neurochirurgien, Hôpital du Sacré-Coeur de Montréal

Les conséquences des blessures à la tête

Pour Marc Giroux, neurochirurgien à l’Hôpital du Sacré-Cœur de Montréal, le casque de protection est incontournable en vélo, comme dans tout autre sport qui comporte un risque de chute ou de blessures à la tête.

Le Dr Giroux rappelle qu’il y a quelques années, alors que les gens ne portaient pas de casque, les traumatismes à la tête étaient plus importants et plus sévères en intensité à la suite des accidents de vélo.

Le rôle du casque

Dans les accidents de vélo, les blessures à la tête sont responsables de 80 % des décès.
Pourtant, une croyance persiste toujours chez plusieurs cyclistes, selon laquelle il ne peut rien arriver de bien grave à vélo, ce que réfute catégoriquement le Dr Giroux : «Ce n’est pas vrai. Chaque année, nous avons des gens qui font des chutes à vélo, avec ou sans casque. C’est bien sûr pire s’ils n’ont pas de casque.»

Quand un cycliste subit une chute importante et un impact à la tête, un mécanisme inflammatoire se met en place pour éponger le choc. Le cerveau enfle et s’écrase sous la pression, ce qui peut éventuellement mener — dans les cas les plus graves — à la mort.

Avec un casque, la force de l’impact sur le crâne est grandement diminuée, non seulement par la partie rigide du casque, mais aussi grâce à l’absorbant, la partie intérieure du casque.

«Il n’y a pas d’excuse pour ne pas porter de casque, tranche le Dr Giroux. En 2011, avec la qualité des casques, l’esthétique, le confort, les excuses ne tiennent plus la route et les gens devraient définitivement porter leur casque.»