Une pilule une petite granule

Émission disponible en haute définition

Diffusion terminée

Diffusion :
Diffusion terminée
Durée :
60 minutes

Du 2 avril au 7 septembre 2015

Dossier de la semaine

Les OGM : Sont-ils vraiment une menace pour la santé?

Émission du 12 octobre 2006

Les OGM : organismes –génétiquement modifiés. Le nom à lui seul fait frémir. D’ailleurs, selon un sondage mené en janvier dernier par le ministère québécois de l’Agriculture, 64 pour cent des Québécois se disent convaincus que les OGM représentent un risque pour la santé. Mais que savons-nous des OGM?

Qu’est-ce qu’un OGM?
Un OGM est un organisme vivant, que ce soit une plante, un animal ou un microbe, dont on modifie les caractéristiques naturelles en y ajoutant ou en y enlevant un ou plusieurs gènes par des techniques de laboratoire. On peut lui donner des propriétés qui appartiennent à un autre organisme, y compris celles d’une espèce différente. Par exemple, on va ajouter à des plantes des gènes qui permettent de produire des toxines contre les insectes. Ou alors, on va ajouter à une plante un gène qui va lui permettre de résister aux herbicides. Ces plantes, dans le langage scientifique, sont des plantes transgéniques. Les OGM sont donc apparus notamment parce qu’ils permettent d’améliorer la production de cultures, en développant des plantes qui ont des caractéristiques nouvelles qui ne sont pas présentes dans l’espèce originale et qu’on ne peut obtenir par d’autres techniques de croisement.
 
Le consommateur face aux OGM

En faisant son épicerie, qui n’a pas froncé les sourcils en voyant des tomates ou des piments tellement parfaits, tous de la même grosseur, tous de la même couleur? Mais leur perfection ne signifie pas pour autant que ce sont des organismes génétiquement modifiés. Ces tomates parfaites, on les doit  plutôt à un travail de croisement de semences. Par ces croisements, on arrive à des espèces uniformes, voire un peu toutes pareilles, qui ont des qualités recherchées par l’industrie alimentaire, soit  pour leur résistance ou pour leur durée de conservation. 

Il n’y a pas d’OGM dans les fruits ou les légumes qu’on achète ici, qu’ils soient produits au Canada ou ailleurs dans le monde. Par contre, certaines céréales comme le soya, le maïs, le canola ou le coton peuvent être des OGM. On croit que pas moins de 70 pour cent des aliments industrialisés, comme des croustilles de maïs, des céréales commerciales entre autres, peuvent contenir des OGM ou des ingrédients provenant d’une plante qui a été modifiée génétiquement comme le soya, le maïs, le canola ou le coton, mais làa encore, la quantité d’OGM peut être très faible. 

Liste des produits à surveiller : plats cuisinés, sauces, produits de boulangerie, céréales commerciales, croustilles de maïs (nachos et tortillas), petits pots pour bébés, vinaigrettes, beurre d’arachide, charcuteries. (Source : Site PasseportSanté.net; Guide des aliments avec ou sans OGM de Greenpeace.

Les risques pour la santé
Peu de preuves existent pour savoir quel impact cela a sur nous. À ce jour,
rien ne prouve que nous avons des raisons de craindre pour notre santé, tout simplement parce que les études ne sont pas concluantes quant aux effets à long terme. Tout ce qu’on peut dire, c’est que personne n’est tombé malade à cause de cela. Mais chose certaine, le manque d’information sur les OGM nourrit les inquiétudes. Les études qui existent sont produites souvent par l’industrie des OGM. D’après Fabien Deglise, journaliste au Devoir, on peut comprendre les consommateurs d’avoir des doutes, « …c’est un peu comme le renard qui surveille le poulailler», ajoute-t-il. 

Même si on n’a pas de preuves que les OGM ne sont pas dangereux pour la santé, la communauté scientifique en général est plutôt favorable aux OGM. On estime que les risques pour la santé sont minimes. Même L’Organisation mondiale de la santé est favorable aux OGM. Mais L’OMS dit cependant que «leur innocuité doit être évaluée au cas par cas et qu’il est impossible de se prononcer d’une manière générale sur tous les aliments transgéniques». 

Au Québec, François Belzile, professeur au Département de phytologie de l’Université Laval à Québec estime qu’on ne doit pas craindre pour notre santé ni celle de l’environnement. «Tous les risques évoqués sont hypothétiques. Je suis pour une évaluation transparente et indépendante de la sécurité des OGM. Les grandes études menées par les académiciens ne relatent aucun problème particulier lié aux plantes transgéniques», affirme-t-il. 

Les OGM dans les fermes du Québec
Au Québec, on retrouve des OGM dans les cultures de maïs, de soya et de canola. Le maïs transgénique n’est pas pour consommation humaine. Il est destiné à la fabrication de biocarburant et à l’alimentation du bétail. Quant à la viande provenant de bétail nourri aux OGM, elle serait sans danger car les enzymes du système digestif des animaux dégradent suffisamment l’ADN et les protéines présentes dans leur nourriture pour qu’une fois dans notre estomac, la viande ne contienne plus de gènes modifiés fonctionnels.

Parmi les arguments favorables aux OGM, il y a que le transgénique rend la production plus efficace, plus économique et moins polluante puisque les agriculteurs n’ont pas à utiliser autant de pesticides. D’autres contredisent cette affirmation en disant que les cultures transgéniques résistantes aux herbicides transmettent cette propriété à certaines mauvaises herbes. Résultat : Les agriculteurs auraient donc besoin d’arroser davantage parce que les mauvaises herbes résistent à leur tour.

Le génie transgénique au secours de la médecine

Si les aliments OGM font jaser, on parle moins des manipulations génétiques appliquées aux médicaments. Pourtant, il y a au moins 20 ans que l’industrie pharmaceutique fabrique des médicaments grâce aux OGM. Les diabétiques, par exemple, se piquent avec de l’insuline produite par des bactéries génétiquement modifiées. On se sert aussi des manipulations génétiques pour fabriquer des hormones de croissance, des vaccins et des antibiotiques.

Depuis de nombreuses années, une vingtaine de compagnies au Québec et des dizaines de chercheurs font des études sur des molécules fabriquées par du colza, des poissons, des patates, du coton dans le but de créer ou d’améliorer des médicaments. 

On ne travaille pas seulement avec des plantes. On «fabrique» aussi des animaux qui vont servir à des fins pharmacologiques.  Par exemple, en Écosse, on a mis au point  des brebis capables de produire un lait qui traite certaines formes d’emphysème. Au Québec, à la ferme Nexia dans les Cantons de l’Est, on trouve des chèvres transgéniques dont le lait contient une protéine capable de dissoudre les caillots sanguins.  

Identifier les OGM : pas une mince tâche…

Pour ceux qui ne veulent pas d’OGM dans leur assiette, il y aurait une solution, même si elle n’est pas parfaite : l’étiquetage obligatoire. Au Canada, 83 pour cent de la population est en faveur de l’étiquetage obligatoire. Ce ne sont pas seulement les groupes écologistes ou les consommateurs qui le réclament. La Société royale du Canada, un organisme formé de chercheurs indépendants, s’est aussi prononcée en faveur de l’étiquetage obligatoire.

À travers le monde, au moins 30 pays ont déjà adopté ou vont adopter bientôt l’étiquetage obligatoire même dans des pays comme l’Arabie saoudite et la Russie.

C’est en Europe que les normes sont les plus sévères. Les pays de l’Union européenne ont imposé en 2004 l’étiquetage de tous les aliments transgéniques et des dérivés d’OGM (farines, semoules, huiles). Dans d’autres pays, comme la Russie, les normes sont moins sévères et ne s’appliquent pas aux dérivés des OGM, mais seulement aux aliments frais.

Au Canada, tout comme en Chine et aux États-Unis, à défaut d’étiquetage obligatoire, nous avons adopté un système d’étiquetage volontaire. Le programme existe depuis deux ans mais cela ne marcherait pas très bien. Même l’industrie du «transgénique» craint le rejet des produits étiquetés «OGM» à cause de leur mauvaise réputation.

Ressources:  

Guide des OGM de Greenpeace Canada

http://www.greenpeace.ca/guideogm/

Gouvernment du Québec - avis sur les OGM, Comission de l'éthique, de la science et de la technologie

http://www.ethique.gouv.qc.ca/ogm/index.html

Le conseil de l'information en biotechnologie 

http://infobiotechnologie.qc.ca/canada-french.asp

Site de Medicago - compagnie de biotechnologie qui se spécialise dans le développement, la production et la commercialisation de protéines thérapeutiques

www.medicago.com