Une pilule une petite granule

Émission disponible en haute définition

Diffusion terminée

Diffusion :
Diffusion terminée
Durée :
60 minutes

Du 2 avril au 7 septembre 2015

Le portrait

Germain Duclos : l'estime de soi chez les enfants

Émission du 27 octobre 2011

Germain Duclos est un grand monsieur qui se voue aux tout-petits. Orthopédagogue et psychoéducateur, il a consacré 40 ans de sa vie à la compréhension du développement chez les jeunes, principalement à l’Hôpital Sainte-Justine. Son sujet de prédilection : l’estime de soi chez les enfants.

Un concept-clé dans le développement des enfants

Ce sont les enfants eux-mêmes qui ont guidé Germain Duclos vers l’importance du concept de l’estime de soi. Au début de sa carrière, il se souvient que lors de la rédaction de rapports d’évaluations d’enfants ou d’adolescents en difficultés, il notait presque systématiquement des observations telles que «sentiment d’échec» et «sentiment de dévalorisation». Avec les années, ces remarques se sont unifiées : «pauvre estime de soi.»

L’estime de soi

Après avoir remarqué que pratiquement tous les jeunes en difficulté présentaient une pauvre estime de soi, Germain Duclos a commencé à se questionner sur l’origine du problème : leurs difficultés étaient-elles à l’origine de cette pauvre estime de soi, ou au contraire, la faible estime de soi de ces enfants expliquaient-elles ces difficultés?

Pour Germain Duclos, cette prise de conscience a représenté un virage important : «Toute ma carrière, à la suite de cette préoccupation-là, quand je voyais un enfant, je me demandais tout de suite quelles étaient ses forces.»

«C’est tellement important de développer l’estime de soi des enfants, plaide Germain Duclos. C’est un héritage qu’on leur donne. Car qu’on le veuille ou non, l’enfant va vivre des épreuves plus tard, ou des échecs. Et pour surmonter une épreuve ou relever un défi, il faut qu’il aille chercher ses ressources personnelles. Et pour aller les chercher, il faut qu’il en soit conscient. Et c’est ça, l’estime de soi. C’est ce qui amène l’enfant, un moment donné, à se prendre en mains, et c’est fondamental.» C’est d’ailleurs pourquoi Germain Duclos est d’avis que l’estime de soi est un facteur de protection contre la dépression et une base fondamentale pour être heureux.

Les parents

Aujourd’hui en préretraite, Germain Duclos n’est pas à la veille de s’arrêter d’œuvrer dans son domaine de prédilection. Il demeure passionné par le bien-être des enfants et de ceux qui s’en occupent, les parents et les enseignants.

«Les parents ont besoin d’être rassurés sur leurs compétences parentales, soutient-il. La grande majorité des parents ont des compétences parentales, mais beaucoup de parents ne sont pas conscients d’avoir ces compétences-là. Les parents ont aussi besoin de faire confiance à leur intuition.» Preuve que cette intuition est souvent juste : nombre de parents devinent souvent comment s’est passée la journée de leur enfant simplement en l’entendant entrer dans la maison après l’école.

Les parents ont également besoin de donner plus de temps aux enfants, croit Germain Duclos. En cette époque où les deux parents travaillent bien souvent à temps plein à l’extérieur de la maison, la conciliation travail-famille représente tout un lot de défis pour les familles.

Dans sa pratique, Germain Duclos constate que de nombreux enfants sont déprimés et stressés. À son avis, cette situation s’explique par le manque de disponibilité des adultes. Et quand un enfant ne reçoit pas suffisamment d’attention de la part de ses parents, il peut à long terme souffrir de négligence affective.

«La négligence affective, on peut retrouver ça chez des enfants qui ont des vêtements signés et tout le confort matériel souhaité à la maison, nuance Germain Duclos. Et ce n’est pas un problème d’attachement : les parents adorent leurs enfants. C’est un problème de donner du temps.»

Le noyau d’un développement sain

Après des années de recherche et d’engagement auprès des enfants en difficulté, Germain Duclos demeure convaincu que l’estime de soi est la clé de voûte de l’éducation : «On veut faire grandir les enfants rapidement, parce que beaucoup de parents sont inquiets par rapport à l’avenir de leur enfant. Ils veulent que les enfants aient les compétences pour faire face aux défis de l’avenir, mais le noyau de l’estime de soi débute d’abord par la relation d’attachement. Quand un bébé, puis un jeune enfant, s’est senti aimé, le sentiment d’avoir été aimé devient une certitude intérieure. La personne peut plus tard se dire : “Si j’ai été aimé, ne serait-ce que par une seule personne sur la Terre, la preuve est faite que je suis aimable, donc j’ai une valeur comme personne, et je peux espérer être aimé par d’autres.”»

«Une belle enfance, c’est un enfant qui s’est senti aimé, en premier, conclut Germain Duclos. Il faut croire en l’enfant. Si l’adulte qui l’accompagne ne croit pas en lui, comment voulez-vous que l’enfant croit en lui-même?»

Informations supplémentaires

Au moment du tournage de notre reportage, Germain Duclos terminait la rédaction d’un livre sur le stress chez les enfants : Attention, enfants sous tension! qui devrait paraître sous peu.