Une pilule une petite granule

Émission disponible en haute définition

Diffusion terminée

Diffusion :
Diffusion terminée
Durée :
60 minutes

Du 2 avril au 7 septembre 2015

Le carnet des animateurs

Formation continue des médecins

Émission du 3 novembre 2011

La médecine est une science qui évolue rapidement. À preuve, on évalue que la demi-vie des connaissances médicales est d’environ sept ans. Autrement dit, après sept ans, environ la moitié des connaissances apprises en médecine est à revoir. Devant ces chiffres inquiétants, on est en droit de se demander comment font les médecins pour se mettre à jour?

La formation continue des médecins

Au Québec, depuis 1974, une loi impose aux médecins de maintenir leurs connaissances par la formation continue. Et la surveillance de l’application de cette loi a été confiée au Collège des médecins.

Bien entendu, les médecins ne passent pas la moitié de leur carrière à retourner sur les bancs d’école. Ils doivent plutôt participer à des conférences et à des congrès accrédités par des organismes superviseurs, comme le Collège des médecins de famille ou le Collège royal du Canada.

Il est aussi possible pour un médecin d’approfondir un aspect de sa pratique qu’il considère particulièrement intéressant ou qui lui pose problème. Il peut lire des revues ou participer à des stages sous la supervision d’autres médecins, dans des hôpitaux par exemple.

Sur le terrain

Malgré toutes ces bonnes intentions, nombre de médecins qui ne se conforment pas à ces exigences ne reçoivent pas vraiment de sanction. En principe, ils pourraient être passibles d’une suspension de leur permis de pratique mais dans les faits, les médecins fautifs reçoivent surtout de la pression pour revenir dans le droit chemin.

Mais si un médecin fait l’objet d’une plaine disciplinaire et que sa pratique est jugée non conforme, il est certain que l’absence de formation continue sera retenue contre lui. Au Collège des médecins, on assure toutefois que 95 % des médecins ont un plan de formation continue conforme au règlement.

Souhaitons-nous seulement de ne pas tomber sur le 5 % restant…