Une pilule une petite granule

Émission disponible en haute définition

Diffusion terminée

Diffusion :
Diffusion terminée
Durée :
60 minutes

Du 2 avril au 7 septembre 2015

La question du public

Y a-t-il des bons et des mauvais gras ?

Émission du 10 novembre 2011

«Y a-t-il des bons et des mauvais gras?»

Expert invité : Benoît Lamarche, Professeur et chercheur, Chaire de recherche en nutrition et santé cardio-vasculaire, Université Laval

Les mauvais gras

Depuis des années, les gras trans et les gras saturés sont pointés du doigt comme de mauvais gras. Mais une nouvelle étude scientifique vient bousculer les idées reçues.

Les gras trans

– Le terme «gras trans» désigne le type de gras qu’on retrouve beaucoup dans les produits transformés, comme les produits de pâtisserie, les biscuits et la malbouffe.
– C’est indéniable, les gras trans sont à éviter, car ils sont associés à un risque fulgurant de maladies cardiovasculaires. Il faut donc tenter de les limiter au minimum.

Les gras saturés

– Il s’agit des matières grasses qu’on retrouve dans différents produits animaux comme la viande, le beurre et autres produits laitiers.
– Comparativement aux gras trans, le cas des gras saturés est moins clair. Les gras saturés peuvent augmenter le taux de cholestérol, mais une récente étude épidémiologique a démontré qu’ils ne sont pas associés à un plus haut taux de maladies cardiovasculaires.

La controverse en question

– Cette récente étude sur la nocivité des gras saturés suscite une grande controverse dans la communauté scientifique.
• Cette importante méta-analyse épidémiologique soutient que, contrairement à ce que l’on croyait jusqu’ici, les gens qui consomment beaucoup de gras saturés ne vont pas nécessairement faire davantage d’infarctus.
• Cette conclusion surprend les scientifiques, car les gras saturés sont connus pour faire augmenter le taux de cholestérol. Alors, pourquoi ne font-ils pas augmenter le risque d’infarctus?
• Étant donné que les scientifiques ne comprennent pas encore bien le rôle des gras saturés dans le développement des maladies cardiaques, les recommandations nutritionnelles demeurent les mêmes qu’auparavant : les gras saturés ne devraient pas représenter plus de 10 % des calories consommées quotidiennement.

Les vrais bons gras

– Contrairement aux gras saturés, les gras insaturés ou polyinsaturés comme l’huile d’olive n’ont pas d’effet sur le mauvais cholestérol sanguin et peuvent même le faire diminuer.

– Quelques bonnes sources de gras insaturés :

• Huile d’olive
• Huile de canola
• Huile de tournesol
• Poisson

Pourquoi des mauvais gras?

– Les mauvais gras comme les gras trans et les gras saturés ont été largement utilisés dans l’industrie, car ils permettaient d’obtenir des résultats supérieurs aux gras insaturés en termes de stabilité et de texture, notamment en demeurant solides à la température de la pièce.
– Heureusement, depuis 10 ans, l’industrie alimentaire canadienne a réduit de 40 % l’utilisation de gras trans.