Une pilule une petite granule

Émission disponible en haute définition

Diffusion terminée

Diffusion :
Diffusion terminée
Durée :
60 minutes

Du 2 avril au 7 septembre 2015

Le carnet des animateurs

La revanche des gras saturés

Émission du 10 novembre 2011

Depuis 30 ans, les autorités médicales ne cessent de nous rappeler l’importance de limiter les apports en gras saturés dans notre alimentation, notamment en diminuant les quantités de beurre et de crème. Mais voilà qu’une importante méta-analyse effectuée sur plus de 300 000 sujets vient bousculer ces idées reçues et soutient que les gras saturés n’auraient pas un impact sur la santé aussi négatif qu’on le croyait. Est-ce à dire qu’il faut réviser notre approche en prévention des maladies cardiaques?

Une étude très sérieuse

Pour un certain temps encore, la prudence demeure tout de même de mise, mais il n’en demeure pas moins qu’on se dirige lentement vers un discours très différent sur les gras saturés. Car il s’agit d’une étude très rigoureuse, une méta-analyse regroupant plusieurs études portant sur plusieurs années, et les résultats doivent être pris au sérieux.

Cette étude ne vient toutefois que confirmer un phénomène déjà observé : le fameux paradoxe français. Comment se fait-il que les Français qui mangent du foie gras, de la crème et boivent du bon vin bénéficient d’une espérance de vie supérieure à celle des Nord-Américains?

Par contre, il est important de souligner que cette étude porte sur les gras saturés et non pas les gras trans. Ces derniers, qu’on retrouvait beaucoup dans les biscuits et de nombreuses préparations commerciales et qui disparaissent peu à peu, demeurent encore l’ennemi numéro 1. Les sucres raffinés doivent également faire l’objet d’une grande méfiance. Car si on remplace l’apport calorique des gras saturés dans notre diète par des sucres raffinés, il est clair qu’on augmente le risque de maladies cardiaques, de diabète et d’obésité.

Une nouvelle volte-face

Faut-il en rire? On ne compte plus les nouvelles études qui défont les conclusions d’anciennes études… Comment se fait-il qu’après 30 ans à nous faire marteler que les gras saturés sont néfastes pour la santé, et que la margarine est préférable au beurre, on puisse arriver à cette nouvelle conclusion?

Comme nous en discutions la semaine dernière (voir notre émission précédente), les connaissances médicales évoluent constamment. Et cette revanche du beurre n’est qu’un nouvel exemple de cette fascinante succession de volte-face médicales.