Une pilule une petite granule

Émission disponible en haute définition

Diffusion terminée

Diffusion :
Diffusion terminée
Durée :
60 minutes

Du 2 avril au 7 septembre 2015

Histoire de cas

Attention aux effets secondaires des médicaments !

Émission du 1er décembre 2011

Marc-André Denis nous a écrit en juin dernier afin de nous faire part de son expérience avec le Lipitor, un médicament prescrit à des millions de personnes dans le monde dans le but de réduire le taux de cholestérol. Nous avons voulu raconter son histoire, afin de mieux faire comprendre à tout le monde que si prendre un médicament peut sembler banal, il existe toujours une part de risque.

Une simple mesure de prévention

Comme des millions de personnes dans le monde, Marc-André Denis a commencé à prendre des statines sur recommandation de son médecin, afin de diminuer son taux de cholestérol. Souffrant légèrement d’embonpoint, M. Denis semblait courir davantage de risques que la moyenne de développer éventuellement des troubles cardiovasculaires, notamment parce que son père est décédé d’une crise cardiaque à l’âge de 60 ans et parce qu’il présente un taux de cholestérol légèrement élevé.

Et même s’il n’avait encore développé aucun problème cardiaque, son médecin a insisté pour qu’il commence à prendre des statines en prévention, plus spécifiquement du Lipitor.

Des douleurs invalidantes

Le traitement ne s’est malheureusement pas déroulé aussi bien que le prévoyait le médecin. Après avoir commencé à prendre le médicament en question, Marc-André Denis a commencé à développer certaines douleurs musculaires. «Les symptômes sont apparus tranquillement, raconte-t-il. J’ai eu des douleurs au niveau des jambes, dans le bas du dos, et surtout des crampes musculaires, mais c’est venu par petites périodes. Chaque fois que je faisais des activités qui nécessitaient un peu plus d’efforts, les douleurs apparaissaient.»

Très actif de nature, Marc-André Denis a toujours eu l’habitude de multiplier les activités physiques : jardinage, rénovations, vélo, marche… Mais au cours des deux années durant lesquelles il a consommé du Lipitor, son niveau d’activité a considérablement baissé en raison des multiples douleurs qui l’affligeaient. À certains moments, les douleurs étaient devenues si intenses qu’il avait peine à se pencher pour enfiler ses bas ou à se relever par la suite.

Chercher la cause

Cherchant à comprendre l’origine de ces mystérieuses douleurs, Marc-André Denis s’est souvenu qu’il avait lu sur la notice du Lipitor qu’il était possible que ce médicament cause des crampes musculaires. Pour y voir plus clair, il a cessé d’en prendre pour une période de deux semaines. Ce premier arrêt a permis de diminuer légèrement ses douleurs, mais pas suffisamment pour le convaincre que le Lipitor en était réellement la cause. Par contre, lorsqu’il a repris son traitement, les douleurs sont revenues de façon spectaculaire.

Une guérison complète

À partir de ce moment, Marc-André Denis a bien compris que le traitement au Lipitor était la cause de ses douleurs et il est allé consulter son pharmacien pour savoir comment il pouvait y mettre un terme sans compromettre sa santé. Après un arrêt complet de quatre jours, il a constaté avec bonheur que ses douleurs avaient complètement disparu. Des recherches sur Internet lui ont également permis d’apprendre que de nombreuses personnes avaient, comme lui, souffert de crampes ou de douleurs musculaires après avoir pris du Lipitor.

Reprendre sa santé en mains

Lors de sa rencontre avec son médecin, Marc-André Denis a été particulièrement déçu de constater que celle-ci ne semblait pas prendre son histoire au sérieux. Au contraire, elle semblait plutôt croire qu’il s’agissait d’un simple hasard. «Pourquoi est-ce que les médecins ne nous croient pas, questionne-t-il. Est-ce qu’ils sont vraiment sensibilisés aux différents effets secondaires? Il semble qu’ils ne soient pas suffisamment informés à ce niveau-là.»

Aujourd’hui bien remis de sa triste expérience, Marc-André Denis a choisi de prendre sa santé lui-même en mains en faisant davantage d’exercice physique et en améliorant son alimentation. C’est à son avis une plus sage option que de tenter d’abaisser son taux de cholestérol avec un médicament qui, ironiquement, lui a causé tant de douleurs qu’il ne pouvait même plus faire d’activité physique.

Des effets secondaires malheureusement très courants

L’histoire de Marc-André Denis est particulièrement troublante quand on pense que le Lipitor est un médicament vendu à très grande échelle et que ses effets secondaires sont très bien documentés. Plutôt que de mettre en doute son témoignage, son médecin aurait dû savoir que les douleurs musculaires dont il souffrait pouvaient très bien être attribuables à ce médicament. Un débat entoure d’ailleurs l’utilisation purement préventive des statines chez les personnes en bonne santé.

Les statines ne sont toutefois pas les seuls médicaments qui peuvent entraîner des effets secondaires. En fait, un médicament qui n’a pas d’effet secondaire, ça n’existe pas. Tous les patients ne vont pas nécessairement en souffrir, mais le risque est toujours là.

Des études souvent limitées

Avant de mettre un médicament sur le marché, les compagnies pharmaceutiques ont la responsabilité de réaliser des études pour mesurer les effets secondaires possibles de leurs produits. Par contre, ces études sont faites sur un échantillon de personnes d’au plus quelques dizaines de milliers de sujets, alors qu’une fois sur le marché, ces produits seront prescrits à des centaines de milliers ou même des millions de personnes. Il est donc vraisemblable que d’autres effets secondaires apparaissent, jusque-là non documentés par les études. Ce fut notamment le cas du Vioxx qui a dû être retiré du marché en raison du lien entre ce médicament et l’augmentation des décès d’origine cardiaque.

Des études révèlent d’ailleurs que chaque année, aux États-Unis, 100 000 personnes meurent des effets secondaires liés aux médicaments d’ordonnance.

Un nouveau réseau de recherche

Pour remédier à cette situation problématique et éviter de tels décès inutiles, le gouvernement canadien vient d’investir 17 millions de dollars dans un réseau de recherche dont le siège sera à l’Hôpital général juif de Montréal. L’objectif : détecter systématiquement tous les effets secondaires de tous les médicaments d’ordonnance offerts sur le marché.