Une pilule une petite granule

Émission disponible en haute définition

Diffusion terminée

Diffusion :
Diffusion terminée
Durée :
60 minutes

Du 2 avril au 7 septembre 2015

La question du public

Les cauchemars se soignent-ils ?

Émission du 8 décembre 2011

«Est-ce normal de faire des cauchemars?»

Expert invité : Katia Levrier, Doctorante, Centre d'étude sur le trauma, Hôpital Louis-H. Lafontaine

Des cauchemars utiles

C’est normal de faire des cauchemars, et même utile dans certaines situations, car ces mauvais rêves aident à gérer des événements stressants et à réguler certaines émotions.

Une étude sur des femmes dépressives ayant vécu un divorce a d’ailleurs démontré que celles qui faisaient des rêves impliquant leur ex-conjoint avaient une meilleure humeur au réveil.

Lorsqu’une personne commence à faire des cauchemars régulièrement, trois ou quatre fois semaine par exemple, il est important d’y voir un signe d’une situation potentiellement stressante. Une consultation avec un psychologue peut être bénéfique pour comprendre les fondements et implications de ce stress.

Des cauchemars pathologiques

Entre 2 % et 8 % de la population fait des cauchemars pathologiques. Dans certains cas, ces cauchemars sont vécus suite à un événement traumatique.

Une partie des personnes qui font des cauchemars pathologiques vont y revivre à plusieurs reprises l’événement qui les a traumatisées. D’autres vont plutôt faire des cauchemars qui transforment ce traumatisme, mais qui génèrent une émotion similaire.

Il est normal de vivre des symptômes de stress à la suite d’un événement traumatique, mais lorsque ces symptômes se prolongent, on parle de stress post-traumatique. Il devient alors important de consulter un professionnel.

Des impacts sur la santé

Les cauchemars à répétition peuvent avoir des impacts importants sur la santé :

– détérioration de la qualité du sommeil
– difficultés à bien fonctionner pendant la journée
– problèmes de concentration

Les traitements

Il existe différentes approches pour traiter les cauchemars pathologiques. Outre les médicaments, il existe des approches psychologiques, mais celles-ci demeurent pour le moment au stade de la recherche:

– Les rêves lucides : il s’agit d’enseigner à la personne à prendre conscience qu’elle est dans un rêve ou un cauchemar, pendant la nuit.
– La révision et la répétition en imagerie mentale : pratiquée dans le cadre d’une thérapie avec un psychologue, cette approche consiste à amener la personne à raconter un cauchemar récurrent et à le modifier en un scénario neutre ou positif, afin d’évacuer les sentiments négatifs associés à ce cauchemar et d’éventuellement réussir à reprendre le contrôle sur ses cauchemars nocturnes.