Une pilule une petite granule

Émission disponible en haute définition

Diffusion terminée

Diffusion :
Diffusion terminée
Durée :
60 minutes

Du 2 avril au 7 septembre 2015

Billet de Percy

Maigrir localement : un mythe ?

Émission du 12 janvier 2012

Peut-on cibler l’endroit où l’on souhaite perdre du poids? C’est pourtant ce que promettent nombre de publicités depuis quelques années. Percy Turcotte a creusé la question pour nous.

Un mythe déboulonné

Appareils d’exercices, crèmes spécialisées, ceinture vibrantes : les produits pour maigrir localement se suivent et ne se ressemblent pas. Et pourtant, qu’on se le dise : il est impossible de cibler un endroit précis pour maigrir, car le corps ne fonctionne pas ainsi.

En effet, que l’on s’époumone à faire 30, 50 ou même 100 redressements assis, ce n’est pourtant pas ainsi que l’on réussit à perdre sa bedaine. Et ce n’est pas non plus en bougeant les jambes qu’on fait fondre le gras des jambes.

Pour qu’un exercice précis ait le pouvoir de nous faire maigrir localement, il faudrait que les muscles utilisent comme carburant le gras de cette partie du corps. Or, l’exercice ne permet pas de puiser l’énergie à un endroit précis du corps, mais plutôt de faire diminuer l’ensemble des réserves de graisse.

Gras du ventre et gras des hanches

Une bonne nouvelle toutefois : le gras du ventre est le plus facile à perdre. C’est celui qu’on perd en premier car les hormones dont le rôle est de brûler les graisses sont davantage présentes dans l’abdomen. Une nouvelle bienvenue, quand on pense que le gras abdominal est particulièrement dommageable pour la santé des organes et du système cardiovasculaire.

Ne vous en déplaise, mesdames, le gras des hanches est le plus difficile à perdre. Il est par contre moins dangereux que le gras du ventre.

Des exercices plus complets

À l’opposé de l’approche locale, les spécialistes suggèrent davantage de privilégier des exercices qui font appel à un plus grand groupe musculaire pour accroître la dépense énergétique.

L’idéal, selon les dernières recommandations des spécialistes en physiologie et en nutrition, serait d’intégrer des exercices modérés de 3 à 5 fois par semaine. Jogging, marche rapide, ski de fond, vélo extérieur ou stationnaire : l’intensité de l’exercice doit permettre de soutenir une conversation. Il est également conseillé d’intégrer des exercices de musculation une fois par semaine.