Une pilule une petite granule

Émission disponible en haute définition

Diffusion terminée

Diffusion :
Diffusion terminée
Durée :
60 minutes

Du 2 avril au 7 septembre 2015

La question du public

Être père après 50 ans : les risques

Émission du 19 janvier 2012

«Quels sont les risques reliés à la paternité après 50 ans?»

Expert invité : Dr Bernard Robaire, Professeur, Université McGill

Des risques réels

Au Québec, le nombre d’hommes qui choisit de fonder une famille à 40 ou à 50 ans a augmenté de 25 % depuis 20 ans.

Malgré les idées préconçues voulant que les hommes puissent concevoir des enfants tout au long de leur vie, la littérature scientifique démontre aujourd’hui que la paternité tardive peut représenter certains risques.
Des études épidémiologiques ont démontré que les hommes plus âgés vont mettre plus de temps à concevoir un enfant que les plus jeunes, et que les taux d’avortement spontané chez la femme seront plus élevés quand le père est plus âgé. Le taux d’autisme et de schizophrénie est plus élevé chez les enfants conçus par des pères âgés de plus de 40 ans, et ce, même si la mère a moins de 30 ans.

Des spermatozoïdes vieillissants

Le nombre de spermatozoïdes ne baisse pas avec l’âge, mais leur qualité semble s’amenuiser avec l’âge. La capacité à nager des spermatozoïdes et la qualité de leur ADN semblent effectivement plus basses chez les hommes plus âgés. La qualité des cellules souches alimentant la formation des spermatozoïdes se détériore également avec l’âge. De nombreux facteurs peuvent expliquer cette dégradation de la qualité des spermatozoïdes et des cellules souches, comme le tabac et l’alcool.

Pour le moment, il n’est pas possible d’identifier qui sont les hommes les plus à risque lorsqu’ils décident d’avoir un enfant après l’âge de 50 ans.

Les différentes associations médicales recommandent de ne pas faire appel à des hommes de plus de 40 ans pour la fertilisation in vitro. Même s’il est clair que le choix de la maternité ou de la paternité tardive demeure un choix personnel, il serait toutefois souhaitable que les parents soient conscients des risques qu’ils courent et que leurs enfants soient suivis d’un peu plus près.