Une pilule une petite granule

Émission disponible en haute définition

Diffusion terminée

Diffusion :
Diffusion terminée
Durée :
60 minutes

Du 2 avril au 7 septembre 2015

Histoire de cas

Claudette Trudeau-Juneau : «Je ne laisserai pas l'Alzheimer nous séparer.»

Émission du 8 mars 2012

On le sait, la maladie d’Alzheimer est extrêmement cruelle pour les proches qui assistent impuissants à la dégénérescence de la personne malade. Et le plus terrible, c’est certainement la perte de contact, graduelle mais déchirante, avec l’être aimé. Claudette Trudeau-Juneau a décidé que l’Alzheimer n’allait pas la séparer de son mari. Et c’est avec courage et détermination qu’elle continue à prendre soin non seulement de lui, mais aussi de l’amour qui les unit encore.

Amoureuse malgré tout

Quarante-six ans après son mariage, Claudette Juneau-Trudeau est toujours amoureuse de son mari, Claude, et elle en parle avec des étoiles dans les yeux… Et ce, même si Claude est maintenant très affecté par la maladie d’Alzheimer, au point où Claudette a récemment dû accepter de le placer dans un centre d’hébergement.

C’est avec résignation que Claudette a accepté de laisser son mari quitter la résidence familiale. Car même si les trois dernières années avaient été extrêmement éprouvantes pour elle, en raison de tous les soins qu’elle devait lui apporter, la décision a été difficile à prendre le jour où elle a reçu un appel confirmant qu’une place en résidence était disponible pour lui.

Aujourd’hui, Claudette sait toutefois qu’elle a pris la bonne décision. Car à chaque visite qu’elle rend à son mari, elle sent qu’elle peut bien en profiter, pour le simple plaisir d’être avec lui. «J’y vais tous les deux jours, raconte-t-elle. Et si je suis deux jours sans y aller, je m’ennuie et c’est sincère. J’ai besoin de le voir, j’ai besoin de voir ce qu’il fait, j’ai besoin de le toucher.»

«Maintenant, quand je vais visiter mon mari, je ne retire que le positif, poursuit-elle. Ce n’est pas moi qui l’accompagne au bain, ce n’est pas moi qui vais l’habiller. Moi, je vais là pour le cajoler, le toucher. Il est là. C’est précieux ce que je vis.»

«Mon mari a été un mari extraordinaire. Un bon père, un gentleman. Et il l’est encore. Je ne veux pas qu’il m’oublie. J’y tiens. Ce sera une autre étape. Mais en ce moment, ce que je vis avec lui, j’aime ça.»

Des cours de la société d’Alzheimer

Il est certainement étonnant de voir que Claudette continue à maintenir un tel lien avec son mari, malgré la maladie. Pour y parvenir, elle a toutefois déployé beaucoup d’efforts. Elle a notamment suivi avec son mari des ateliers gratuits sur la communication offerts par la société d’Alzheimer du Québec. Il s’agit d’ateliers d’une durée d’une semaine qui enseignent, entre autres choses, comment il est possible de maintenir le lien avec la personne malade, notamment par la communication non verbale.

Ressources

La société Alzheimer offre des services aux personnes atteintes de la maladie et aux personnes aidantes : groupes de soutien en phase précoce pour donner des informations sur la maladie et anticiper ses suites ou activités de stimulation. Ces services, offerts en français et en anglais sont gratuits. Pour en savoir plus, n'hésitez pas à contacter la société Alzheimer.

Site web : http://www.alzheimer.ca/fr/montreal

Groupes de soutien : http://www.alzheimer.ca/fr/montreal/We-can-help/Support-services-for-families/Support Groups

Vidéo montrant les différentes activités : http://www.youtube.com/watch?v=SflhTrr8_h8

(514) 369-0800
info@alzheimermontreal.ca

Ouvrage de référence

La maladie d’Alzheimer : Le guide
Dr Judes Poirier et Gilles Gauthier
Éditions Trécarré