Une pilule une petite granule

Émission disponible en haute définition

Diffusion terminée

Diffusion :
Diffusion terminée
Durée :
60 minutes

Du 2 avril au 7 septembre 2015

Le carnet des animateurs

Projet de loi 41 : de nouvelles responsabilités pour les pharmaciens

Émission du 8 mars 2012

En décembre dernier, le projet de loi 41 qui étend le champ de compétences des pharmaciens a été adopté. Un projet de loi qui a suscité certaines réactions assez virulentes de la part des médecins, inquiets que leur champ de pratique ne soit empiété par d’autres professionnels. Ces craintes sont-elles justifiées? Pour notre animateur Georges Lévesque, il s’agit avant tout d’une tempête dans un verre d’eau.

Des gestes simples

Dans les faits, ce que ce projet de loi implique, c’est que les pharmaciens vont pouvoir poser des gestes assez simples, comme prolonger une ordonnance de médicaments. Ils pourront également modifier une ordonnance selon les allergies ou le poids du patient, prescrire des médicaments de façon préventive à des gens qui vont partir en voyage, prescrire des médicaments d’ordonnance à quelqu’un pour une condition médicale bénigne dont il a déjà souffert et pour laquelle il a déjà eu une prescription – comme une cystite ou une otite du baigneur.

Plusieurs soutiennent qu’il ne s’agit en rien d’une révolution, puisqu’on ne fait là qu’officialiser ce que plusieurs pharmaciens font déjà de façon courante.

Adopté il y a quelques semaines, le projet de loi n’était pas encore en vigueur au moment de la diffusion de cette émission. Et personne ne sait encore quand il sera appliqué, car il y a encore des négociations entre l’Ordre des pharmaciens et le Collège des médecins pour finaliser le libellé du règlement. L’entente devra également être soumise à l’Ordre des professions. Il faut donc prévoir au moins une année avant que ce projet ne devienne réalité.

Les craintes

Plusieurs craignent que ce changement législatif ne place les pharmaciens en conflits d’intérêts, puisqu’ils seront à la fois ceux qui recommandent un médicament et le vendent. Quand on pense que dans le passé, des fabricants de médicaments génériques ont déjà offert des ristournes à des pharmaciens pour les encourager à vendre leurs produits, on est en droit de penser que ces craintes sont légitimes.

Cela dit, il est clair que ce nouveau règlement ne va pas régler tous les problèmes du système de santé. Mais au quotidien, il est clair que cela risque de faciliter un peu la vie des gens, ce qui n’est pas une mauvaise chose.