Une pilule une petite granule

Émission disponible en haute définition

Diffusion terminée

Diffusion :
Diffusion terminée
Durée :
60 minutes

Du 2 avril au 7 septembre 2015

La question du public

Les maladies parodontales

Émission du 22 mars 2012

«Les maladies parodontales sont-elles en augmentation?»

Expert invité : Dr René Voyer, Parodontiste, Professeur agrégé et chef du service clinique de parodontie, Université de Montréal

Un problème en pleine croissance

Autres temps, autres mœurs : alors qu’il n’y avait autrefois rien de plus chic que de se faire arracher toutes les dents pour remplacer celles-ci par un magnifique dentier, la plupart des gens cherchent aujourd’hui à conserver leurs dents le plus longtemps possible. Avec le vieillissement de la population, cette nouvelle tendance entraîne toutefois un effet paradoxal : une augmentation des maladies parodontales.

Pour le Dr René Voyer, parodontiste et chef du service clinique de parodontie à l’Université de Montréal, il ne faudrait surtout pas penser qu’il s’agit d’une invention des dentistes pour attirer les patients. Au contraire, il s’agit d’un problème de santé bien réel et malheureusement très répandu sur la Terre. Selon l’Organisation mondiale de la Santé, entre 5 % et 20 % des gens de 40 ans et plus souffrent de maladies parodontales.

Les causes

Tout comme la carie dentaire, les maladies parodontales sont intimement liées à des problèmes d’hygiène. Elles sont principalement causées par la présence de bactéries et de plaque dans la bouche, ce qui va mener à l’accumulation de tartre autour des dents, contribuant ainsi à l’inflammation des gencives et à la perte du support osseux des dents.

D’autres facteurs favorisent également le développement de maladies parodontales, comme le tabagisme, le stress, le diabète et l’immunodéficience.

Les symptômes à surveiller

Les maladies parodontales n’apparaissent pas subitement. Elles ont souvent commencé à se développer des années plus tôt, lorsque le patient était plus jeune, mais ne deviendront visibles que beaucoup plus tard. «Ce sont des maladies qui sont très sournoises et très hypocrites, explique le Dr Voyer. Elles peuvent causer beaucoup de tort sans que les patients ne s’en rendent compte.»

Certains symptômes doivent toutefois être surveillés comme les saignements de gencive et lorsque des dents commencent à bouger. Quand la maladie devient plus sévère, un abcès de gencive peut se manifester et générer de la douleur. C’est souvent à cette étape tardive que les patients se décident à consulter.

Lorsqu’une maladie parodontale est bien installée, elle peut représenter une condition grave qui peut mener à la perte des dents. Elle est par contre facilement réversible par une intervention chirurgicale. Il est recommandé de faire appel à un parodontiste, mais il faut savoir qu’il s’agit d’un service non couvert par la Régie de l’assurance maladie du Québec.

Impacts sur la santé

Les maladies parodontales ne doivent surtout pas être prises à la légère. Des études scientifiques ont démontré qu’elles peuvent contribuer au développement d’autres problèmes de santé, beaucoup plus graves, comme des cancers ou des maladies cardiovasculaires. Aussi surprenant que cela puisse sembler, ce lien entre les maladies parodontales et l’état général de santé s’explique par le fait que les bactéries présentes dans la bouche peuvent gagner la circulation sanguine et les médiateurs d’inflammation, et éventuellement affecter les organes vitaux tels que le cœur, les reins et les poumons (par l’aspiration de bactéries). Les maladies parodontales peuvent également avoir un impact négatif sur le fœtus en cours de grossesse.

Mesures de prévention

En guise de prévention, le Dr Voyer rappelle les règles d’hygiène de base : se brosser les dents quotidiennement et passer la soie de dentaire au moins une fois par jour. Mais surtout, il insiste sur l’importance de ne pas fumer, puisque le tabagisme est extrêmement nocif pour la santé buccale. Le tabagisme représente d’ailleurs le premier facteur de risque conduisant à la perte des dents à l’âge adulte.