Une pilule une petite granule

Émission disponible en haute définition

Diffusion terminée

Diffusion :
Diffusion terminée
Durée :
60 minutes

Du 2 avril au 7 septembre 2015

Le portrait

Claude-Marie Hébert : répartitrice au 911

Émission du 22 mars 2012

Claude-Marie Hébert ne sait jamais ce qui l’attend lorsque le téléphone sonne à son travail. Un feu, un arrêt cardiaque, un accouchement? Elle est répartitrice médicale d’urgence depuis 10 ans et peut vraiment faire la différence entre la vie et la mort.

Des nerfs d’acier

Il faut avoir les nerfs solides pour pratiquer ce métier. Car dans la salle de travail du Groupe Alerte Santé, la vigilance est de mise 24 heures sur 24. Chaque seconde compte. Et même si les personnes qui les appellent sont souvent en état de choc ou de panique, il est essentiel que les répartiteurs médicaux d’urgence demeurent extrêmement calmes et concentrés pour leur venir en aide efficacement.

«On n’est pas des téléphonistes, précise Claude-Marie Hébert. Nous sommes les premiers répondants dans la mesure où on va indiquer aux gens sur place exactement quoi faire pour aider la personne malade ou blessée, même s’ils n’ont pas de formation de premiers soins ou de secourisme.»

Un questionnaire téléphonique

«Un des commentaires que je reçois souvent, remarque Claude-Marie Hébert, c’est qu’on pose beaucoup de questions. Ces questions servent à prioriser les appels. On veut commencer par savoir ce qui se passe et détecter rapidement les situations pour lesquelles un envoi immédiat de ressources ambulancières doit être effectué.»

Ces questions sont également essentielles pour aider les répartiteurs médicaux d’urgence à bien cibler les consignes et directives de soins qu’ils donnent par téléphone en attendant l’arrivée de l’ambulance. Elles leur permettent aussi de préparer les ambulanciers à leur arrivée et de leur permettre d’être efficaces dès leur arrivée.

Des appels particuliers

Parmi les milliers d’appels qu’elle a reçus dans sa carrière, Claude-Marie Hébert souligne qu’en tant que mère de famille, elle est régulièrement très touchée par les appels concernant des enfants. Elle se souvient aussi avec émotion d’un appel d’une dame qui avait retrouvé son mari en arrêt cardio-respiratoire et qui lui a confié, en attendant l’arrivée de l’ambulance, combien elle aimait son mari.

Le métier de répartiteur médical d’urgence

Les répartiteurs n’ont pas de formation médicale à proprement parler. Mais ils doivent maîtriser des algorithmes informatisés qui leur permettent de donner des conseils appropriés en attendant l’arrivée des secours. Ce qu’il faut bien comprendre aussi, c’est que durant tout le temps passé en ligne avec le répartiteur, l’ambulance est déjà en route.