Une pilule une petite granule

Émission disponible en haute définition

Diffusion terminée

Diffusion :
Diffusion terminée
Durée :
60 minutes

Du 2 avril au 7 septembre 2015

Le carnet des animateurs

Dépistage du cancer des ovaires

Émission du 22 mars 2012

Le cancer de l’ovaire est une maladie très souvent mortelle, car il est généralement détecté trop tard. Et dans ce domaine, les bonnes nouvelles se font plutôt rares. En juin 2011, une importante revue d’oncologie américaine recommandait même d’abandonner les programmes de dépistage du cancer de l’ovaire, puisque les mesures de dépistage systématique n’avaient aucun impact sur le taux de mortalité. De plus, comme dans tous les tests de dépistage, les résultats dits «faux-positifs» entraînaient des investigations et des complications inutiles.

Une bonne nouvelle

Tout récemment, une équipe de recherche de l’Université McGill a toutefois réalisé une percée importante dans le domaine. Dans un article publié dans la prestigieuse revue The Lancet, l’équipe a démontré que le cancer des ovaires provient souvent des trompes de Fallope, ce qui change la donne au niveau du dépistage. D’après ces chercheurs, le dépistage de cancer des trompes de Fallope – plutôt que du cancer des ovaires – permettrait d’avoir un impact plus important sur le taux de mortalité relié à ces types de cancer.

Leur proposition est la suivante : mettre fin au dépistage systématique du cancer des ovaires pour toutes les femmes, pour cibler davantage les femmes de plus de 50 ans qui répondent à des critères très précis, comme les ballonnements, les douleurs abdominales ou encore les problèmes digestifs et urinaires.

Si à court terme cette découverte ne change pas grand-chose, il s’agit tout de même d’une percée importante en termes de traitement de ce cancer, qui pourrait éventuellement mener à d’autres découvertes. Avec un cancer aussi sournois, toutes les bonnes nouvelles sont bienvenues!