Une pilule une petite granule

Émission disponible en haute définition

Diffusion terminée

Diffusion :
Diffusion terminée
Durée :
60 minutes

Du 2 avril au 7 septembre 2015

Histoire de cas

C’est l’histoire de personnes aux prises avec un problème de santé et qui ont envie de faire entendre leur voix: des dénonciations, des personnes qui cherchent des solutions à leurs problèmes, des citoyens qui ont traversé une grosse épreuve, des belles histoires aussi qui révèlent les bons coups du système de santé ou des professionnels de la santé.

Les animateurs apportent un éclairage sur les problèmes ou situations que vivent les gens, des solutions et des ressources utiles.

Racontez-nous votre histoire.

JEUDI 9 février 2012

Jocelyne Filiatrault : «Ma belle-mère de 87 ans n'a pas de médecin de famille.»

Envie de réagir ?

Commentaires des membres :

Re: Jocelyne Filiatrault : «Ma belle-mère de 87 ans n'a pas de médecin de famille.»

J'ai vécue une situation semblable pendant quelques annés, mais j'ai choisis d'arreter de chercher le médecin qui voudra renouveler mes pillules. J'ai seulement 23 ans et je passerai probablement ma vie a chercher un médecin ou vivre sans eux. Ma pillule contraceptive a été renouvelée à deux reprises pour trois mois. J'ai donc décidée d'arreter cette pillule même si je connais les risques. Heureusement que ce n'est pas un médicament essentiel a ma santé.
La seul solution qui serai possible pour moi est de me rendre a l'urgence et de patienter très très longtemps.

2 août 2012
Par : kathy o. - pont-rouge

Re: Jocelyne Filiatrault : «Ma belle-mère de 87 ans n'a pas de médecin de famille.»

Le reportage m'a beaucoup touché. Pour être une personne ayant besoin d'un suivi médical à toutes les années et ayant aussi besoin de médicaments, ça me trouble de voir et de savoir qu'une personne ne peut recevoir les services d'un médecin. Pour ma part, je remercie le ciel de pouvoir avoir la chance d'avoir un excellent médecin, qui prend vraiment le temps pour moi.
Pour en revenir à votre reportage, j'ai tout de suite repensé à un article lu dans un journal. Voici le lien http://fr.canoe.ca/infos/quebeccanada/archives/2012/02/20120202-061041.html
Je ne sais pas où demeure la dame, mais entre faire quelques kilomètres afin de voir un médecin et attendre 4 heures et plus aux trois mois, je crois que ça vaudrait la peine de regarder la possibilité.

14 février 2012
Par : Hélène C. - Châteauguay

Re: Jocelyne Filiatrault : «Ma belle-mère de 87 ans n'a pas de médecin de famille.»

Incroyable!
À St-Gabriel(Lanaudière), le CLSC d'Autray est avec un problème très sérieux de pénurie de médecin.
Voyez l'annonce que j'ai placé sur le web à ce sujet;
http://montreal.kijiji.ca/c-emplois-autres-Recherche-un-medecin-generaliste-pour-mon-CLSC-W0QQAdIdZ276144470

14 février 2012
Par : Pierre B. - St-Gabriel

Re: Jocelyne Filiatrault : «Ma belle-mère de 87 ans n'a pas de médecin de famille.»

Pour revenir sur le commentaire de madame Meilleur,

Lorsque mon père est décédé, j'étais seul avec lui dans la chambre. C'est moi qui lui ai fermé les yeux. Je me suis alors rendu au poste infirmier pour leur annoncer la nouvelle. Si j'ai pu faire le constat du décès de mon père, j'ose croire qu'une infirmière a les compétences est qu'elle est en mesure d'en faire autant. Pourquoi alors déranger un médecin si à peu près n'importe qui peut évaluer si une personne est décédée ou toujours en vie? Notre système de santé est concu de façon à être inefficace et coûter cher. On veut imposer un ticket modérateur mais en fait ce qui ne fonctionne pas c'est la façon dont les choses se font. Tout est à revoir mais personne ne semble avoir les compétences pour innover et faire en sorte que les choses aillent pour le mieux. Lorsque nous sommes malades ce n'est qu'une fois pris en charge par les spécialistes que les choses vont pour le mieux. C'est avant d'être pris en charge que ça se complique. Il peut se passer des années avant qu'un médecin prenne le temps de nous écouter et qu'il décide de nous diriger vers des spécialistes. Mais tant et aussi longtemps que l'on est pas arrivés à passer des tests et des examens que ces spécialistes décident à nous faire passer, il n'y a rien de gagné et tout peut basculer pendant ce long moment d'attente. Comme on se questionne toujours sur le suicide assisté et l'euthanasie, je me demande des fois si ce n'est tout simplement pas pour faire une sélection naturelle de l'être humain que les choses se passent ainsi. Avec l'accord du gouvernement bien entendu...

10 février 2012
Par : Luc F. - Montréal

Re: Jocelyne Filiatrault : «Ma belle-mère de 87 ans n'a pas de médecin de famille.»

Mon conjoint et moi étions fâchés suite à ce reportage. Avec l'arrivée très prochaine du dossier médical informatisé, il serait approprié qu'un pharmacien ou une infirmière spécialisée (appelée à tort super-infirmière) soit en mesure de valider et d'assurer à moyen ou à long terme la prescription originale. Le problème en santé est que les solutions simples comme celle-ci sont trop longues à mettre en place.
Nous avons vécu récemment un exemple de l'utilisation inadéquate des ressources médicales. Mon beau-père de 89 ans, vivant en centre d'accueil, a été mis sur un protocole de fin de vie, avec administration de morphine à intervalles réguliers et plus (lorsqu'en douleur), ceci par la médecin du centre d'accueil. Il est mort dans la nuit et il a fallu que les proches attendent jusqu'au milieu de l'après-midi afin que cette médecin, occupée ailleurs, vienne en personne pour constater et signer l'acte de décès. On avait avisé la famille qu'il était important de vider la chambre immédiatement après cette signature (c'est pourquoi, ces personnes ne pouvaient s'éloigner et donc, vaquer à d'autres occupations). Pourquoi un petit comité d'infirmières du centre n'aurait pu accomplir cette tâche? (qui aurait pu être validée à un autre moment par la médecin).
Merci pour votre émission que nous regardons avec grand intérêt.

Ghislaine Meilleur

10 février 2012
Par : Ghislsaine M. - Montréal

Re: Jocelyne Filiatrault : «Ma belle-mère de 87 ans n'a pas de médecin de famille.»

Bonjour,

Moi, j'ai un médecin de famille. En fait je vois le même médecin depuis plus de 25 ans et en plus, il y a 6 ou 7 ans, j'ai rempli et signé un formulaire qui me donnait accesssibiité à un médecin de famille. je n'ai jamais compris depuis à quoi servait ce formulaire puisque je ne peux jamais voir mon médecin quand j'en ai besoin tant il est occupé avec d'autres patients et n'est pas disponible avant des mois. Aussi bien dire que je n'ai pas de médecin de famille et je me demande à quoi servait cette mascarade de formulaire. Encore une merveilleuse idée pondue du fond d'un bureau du Ministère de la Santé...

Les conséquences font que je dois me taper de longues heures d'attente aux urgences des hôpitaux et dans d'autres cliniques plus rapides que celle où je suis patient, afin d'être écouté et pris en charge. Mais justement, consulter dans de telles conditions ne nous permet pas d'être écouté et compris par les médecins que l'on voit et rien ne se règle. On est alors confronté à consulter à maintes reprises et à rencontrer à chacune des fois des médecins surchargés et pressés par le temps et le cercle vicieux du système engorgée est alors enclanché et la piètre qualité des services fait que personne n'est réellement pris en charge et personne ne règle ses problèmes de santé.

Quand on travaille et que l'on souffre, c'est ce que je vis mais c'est aussi ce que des milliers d'autres personnes vivent, ce sont des heures et des heures, voire, des journées entières de travail perdues et une productivité grandement diminuée pour le Québec. En plus, les médecins travaillant ainsi sont absolument inefficaces et pédalent constamment dans le vide au lieu de soigner des gens. Quel gaspillage d'énergie, d'argent et de temps alors qu'ils y a des gens qui meurent à trop attendre dans les urgences. À l'ensemble du Québec, ça fait beaucoup d'insatisfaits et un grand manque à gagner et ce n'est pas pour rien si on est devenu une des provinces les plus pauvres du Canada.

Luc Forest

10 février 2012
Par : Luc F. - Montréal

Re: Jocelyne Filiatrault : «Ma belle-mère de 87 ans n'a pas de médecin de famille.»

Comme Mme Filiatrault, je n'ai plus de médecin depuis octobre 2011. Mon médecin d'alors m'a donné une prescription pour les 2 ans à venir. J'ai un peu l'impression qu'il savait alors que j'en trouverais pas un (médecin) de sitôt. J'ai 70 ans et plusieurs problèmes de santé. Je n'aurai d'autre choix que de ma présenter à l'urgence de l'hôpital ou une clinique sans rendez-vous si un problème surgit. Je trouve la situation inadmissible. Merci de ma lire.

9 février 2012
Par : Monique T. - Drummondville

Re: Jocelyne Filiatrault : «Ma belle-mère de 87 ans n'a pas de médecin de famille.»

J'ai eu moi même à vivre cette situation, j'étais super heureuse il y a environ deux ans de trouver un médecin de famille, car le mien avait pris sa retraite, j'ai toujours eu comme habitude de faire faire une analyse sanguine annuelle par mesure préventive. Donc le nouveau médecin m'accepte comme patiente et me fais signer un formulaire prouvant qu'il sera mon médecin de famille. Suite a des prises de pression, il me mentionne que j'ai une tension légèrement élevé et me prescrit des médicaments a cet effet. Je le questionne a savoir si ce ne serait pas a cause d'une situation stressante que je vis(je venais d'apprendre que mon mari était atteint du cancer Colorectal), il me mentionne que non pas rapport et semble fuir mes questions. Il me prescit en premier lieu pour 2 mois, par la suite je décide de prendre rdv pour la prochaine prescription mais il me mentionne que c'est plus facile de venir m'enregistrer le matin. Fait a noter je n'ai pas eu le temps d'aller chez le médecin, ma prescription était épuisé je me présente au pharmacien pour renouveller par téléphone ou fax avec le médecin et le pharmacien m'informe que le médecin refuse de renouveller par fax. Je dois donc me rendre le mercredi a la clinique attendre pour n'avoir qu'un renouvellement de prescription. Les mois suivants je prend de l'avance et demande un rendez vous. La réceptionniste me mentionne que le médecin ne prend plus de rendez-vous, il faut que je me présente le mercredi, demandant de voir le Dr Hani. Je dis donc a la réceptionniste je dois attendre peut-être 2 ou 3 heures seulement pour une prescription et elle me dit oui c'est cela. Enfin je rencontre le médecin, lui demande pourquoi ne prend plus de rendez-vous, n'a aucune explication a me fournir, je lui dit que l'agissement de la clinique nous pousse a nous tourner vers le privé, il se choque un peu et cette fois me fait une prescription pour 6 mois au lieu de 3. J'ai l'impression à chaque fois de quémander une prescription que je crois simpliste. Puisque j'aimerais mieux me débarraser de pilule et savoir comment faire pour régler ma haute pression naturellement. L'impression que cela me laisse est que le médecin s'assure d'avoir un revenu régulier, car je dois aller le voir régulièrement pour une simple prescription. Je ne pensait pas que ce problème de rendez-vous existait a tant d'endroit. Mon centre médical est le centre médical Hochelaga, H1L2N9.

Lucie Marchand
47 ans

9 février 2012
Par : Lucie M. - Montréal

Afin de s’assurer que cet espace est utilisé à bon escient, Une pilule, une petite granule se réserve le droit de publier ou non les commentaires reçus. Une pilule, une petite granule n'est pas responsable des opinions exprimées par les membres. De plus, tout plagiat entraînera l'inactivation complète du profil membre. Question de nétiquette.